« L’éjaculation féminine : accomplissement de la féminité la plus subtile »

Entretien avec Marie-Noëlle Lanuit, Secret de Fontaine.

Marie-Noëlle Lanuit, Secret de fontaine - Spécialiste de la sexualité féminine et des femmes fontaines, l'effet source.

Marie-Noëlle Lanuit

S’il est des personnes qui méritent d’être rencontrées, Marie-Noëlle Lanuit en fait partie ! Nos activités nous ont amenés à nous entretenir avec cette spécialiste de la sexualité féminine, et entre autre des femmes fontaines.

Rencontre avec une femme à la voix suave et rassurante, dont les mots et la maîtrise du sujet accompagnent ses consœurs dans leur épanouissement, et pousseraient le plus viril des hommes à vouloir renaître en femme !

 


 ‘’ Les sextoys sont un empêchement de se toucher soi-même ‘’. Les mystères de l’édition internet sont impénétrables. Cette petite phrase, parmi tant d’autres a été sortie de son contexte et retenue comme ‘pitch’ de ton excellente interview par Audrey Villate pour Le Nouveau Montpelier.
En tant que distributeur de sextoys, évidemment, cela ne pouvait que nous interpeler. Nous ne pouvions rêver meilleure occasion pour creuser quelque peu le sujet !

Avant d’attaquer dans le vif du sujet, et pour mieux comprendre ta démarche, peux-tu nous faire une petite présentation de l’étendue de tes activités ?

En dehors des consultations individuelles, j’organise depuis 1 an les « Salons Féminins ».
Je parle de la sexualité des femmes autour d’un dîner, et la rencontre est rythmée par des échanges, des partages sans tabou ni provocation. Nous abordons simplement et librement les thèmes de la sexualité, notre corps, notre point G, l’éjaculation féminine, et notre pouvoir orgasmique dans son ensemble. Ces salons connaissent un franc succès, avec une vingtaine de participantes à chaque fois (maximum, afin de préserver la qualité d’écoute et d’échange).
En 2014, je lance également les « Ateliers Secret de Fontaine », dont le premier aura lieu en principe fin janvier à Montpellier.

Ce ne sont pas les sexothérapeutes qui manquent, mais à ma connaissance, tout du moins en France, ta spécialisation est unique. Pourquoi avoir misé sur cette niche ?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que l’on est dans une recherche d’un « mieux être », ce qui n’entre pas vraiment dans le cadre d’un sexothérapeute. Ensuite, il y a une réelle demande de la part des femmes, car elles ont envie de travailler sur leur corps, leur plaisir, et d’expérimenter.
Si j’ai misé sur cette niche, c’est avant tout car je me suis passionnée pour ce phénomène que j’ai découvert moi-même avec la masturbation, en explorant mon corps. J’ai alors fait de multiples recherches, entre autre sur internet, et me suis rendue compte qu’outre une profonde méconnaissance, on trouve énormément d’aberrations.
Il y a encore aujourd’hui beaucoup trop d’obscurantisme sur le plaisir féminin !

L’accueil du public est-il à la hauteur de tes espérances ? Peux-tu nous décrire la participante type de tes réunions ? Peut-on partir du principe que tu agis auprès de femme extrêmement libérée ou au contraire, de femmes en manque d’information sur leur sexualité ?

Ce qui est génial c’est justement qu’il n’y a pas de participante type ! Il  y a tous les âges, de 17 à 77 ans.
Je vois autant de femmes libérées que d’autres qui ne connaissent pas leur corps, ou des mères qui viennent avec leurs filles car elles-mêmes ont du mal à leur parler sexualité.
D’une manière générale, les femmes viennent surtout par curiosité ou par manque d’information, d’éducation.
Ce que je constate de plus navrant dans l’éducation sexuelle des femmes, c’est que les mots « plaisir » et « consentement » n’existent pas alors qu’ils sont les plus important.

Pour entrer dans le vif du sujet, on sait maintenant que l’éjaculation féminine n’est pas un mythe, mais il a encore beaucoup de « mystères » autour de cela, et de nombreuses  femmes semblent douter de leur capacité à y parvenir. Qu’en penses-tu ?

Il faut d’abord bien intégrer le fait que ce n’est absolument pas une performance ou une qualité !
Je pars du principe que toutes les femmes peuvent éjaculer, tout simplement car les femmes aussi possèdent une prostate, et la stimulation de la zone du point G appuie sur la prostate et déclenche le processus d’écoulement.
Le gros problème quant aux doutes des femmes sur ce phénomène vient avant tout du lâcher prise ! On vit une époque où tout est contrôlé, et du coup on doute surtout de sa capacité à se laisser aller et écouter son corps, à lâcher prise, ce qui est une composante fondamentale pour connaître l’éjaculation féminine.

On a tendance, notamment à cause de la multiplication des vidéos pornographiques, à associer éjaculation féminine et orgasme. Est-ce indissociable, ou doit-on plutôt aborder cela comme une autre forme de plaisir ?

Sans dire que cela soit indissociable, mais c’est étroitement lié.
On peut avoir des orgasmes tout à fait satisfaisants sans éjaculer, mais il arrive aussi que les femmes aient un très léger écoulement chaud au moment de l’orgasme : elles éjaculent sans même s’en rendre de compte…
L’éjaculation féminine, c’est une autre forme de plaisir, une sensation de plénitude, qui, conjointement au lâcher prise, est extrêmement libératrice. A ce moment-là, la femme se sent vraiment en pleine possession de son pouvoir orgasmique, c’est l’accomplissement de sa féminité la plus subtile !

Tant que nous en sommes à ‘’l’éducation’’, t’est-il arrivé de proposer certains accessoires ou toys, je pense notamment aux boules de Geishas, pour une rééducation pelvienne, ou pour lutter contre une sècheresse vaginale ?

Boules de GeïshaOui, bien sûr ! D’ailleurs les boules de Geisha ne servent pas seulement à la rééducation, ce sont des jouets aux multiples possibilités.
Les vibromasseurs quant à eux sont de véritables starters qui donnent accès à l’orgasme rapidement et simplement, et peuvent également intégrer facilement les jeux érotiques de couple.
En ce sens, c’est formidable que les sextoys se soient démocratisés, ça a levé certains tabous et va dans le sens de la libération. Malgré tout, rien ne remplacera jamais la main pour vraiment connaître son corps. Beaucoup trop de femmes utilisent des sextoys sans jamais avoir exploré leur intimité avec les doigts.

Je sais que ton implication est très forte et principalement axée vers les femmes. Au contraire des hommes dont il est de notoriété publique qu’ils sont adeptes de la masturbation, très rares sont les femmes à avouer se masturber ou même se caresser. Comment expliquer ce phénomène ?

Justement, j’en parle beaucoup aux Salons Féminins.
Le gros paradoxe de notre société est que tout est sexualisé, mais personne n’en parle car on ne sait plus parler de sexualité. C’est d’autant plus vrai pour la masturbation féminine, on n’en parle pas assez voir pas du tout.
Par exemple, un père va généralement avoir une certaine fierté que son fils se touche, alors que pour une fille, on va lui dire que c’est sale, ce n’est pas bien, ont créé un vrai blocage.
Freud a inventé l’orgasme vaginal et l’a déclaré comme étant le seul valable. On entretien la croyance que toutes les sensations doivent venir de l’homme et de son pénis. Or le seul va et vient d’un pénis dans le vagin ne donne pas un plaisir menant à l’orgasme.

Chez N’Joy-Pleasure, nous sommes persuadés que la jouissance, sous toutes ses formes, est le remède à bien des maux de notre société. As-tu des retours à ce niveau auprès de tes clientes ?

Effectivement, je termine toujours mes conférences dans une dimension plus spirituelle. Les sourires en disent long lorsque j’explique que nous les femmes, nous pourrions changer le monde, libres de notre pouvoir orgasmique.
Je prends souvent l’image de la Fée Clochette : Chaque orgasme est un nuage de poudre magique qui se disperse et se propage.

Au même titre, nous savons d’expérience que les sextoys, comme la lingerie coquine sont d’excellents produits pour optimiser son plaisir, voire re-booster la libido du couple. Quel est ton sentiment sur le sujet ?

Ma première recommandation aux couples en perte de libido, c’est déjà de se redonner des rendez-vous amoureux, fixes, qui vont réinstaller une envie, un désir de l’autre. Il est primordial de conserver des rendez-vous tendresse où l’on se redécouvre.
Dans cette démarche, tous les accessoires sont bons à prendre. Ils contribuent à l’excitation : le fait d’imaginer l’utilisation qui va en être faite, c’est déjà être dans la réalisation de l’acte érotique.
Mais tout cela ne fonctionne que si une femme le fait pour elle, pas uniquement pour son partenaire. Se parer de belle lingerie n’a d’intérêt dans cette démarche que si elle se trouve belle, et pas seulement pour faire plaisir à l’autre.

Peux-tu nous parler de la pochette ‘‘N’Joy-Secret de Fontaines’’ que tu as décidée de proposer à tes clientes ? Comment as-tu défini tes choix de produits et pourquoi ?

Pochette sextoys Secret de fontaineJ’avais des exigences toutes particulières, vous vous êtes d’ailleurs bien tiré les cheveux ! [rires]
Concernant les boules de Geïsha, elles permettent de multiples jeux, mais à condition qu’elles respectent certaines spécificités, entre autre que la ficelle reliant les deux sphères soit assez souple et longue.
Boules de geïsha et mini vibromasseur Secret de fontaineLe vibromasseur quant à lui ne devait pas ressembler à un vibromasseur tel que l’on en voit souvent. Je voulais qu’il soit simple et discret, que l’on puisse l’emmener partout. Pour ce qui est de ses fonctions, une simple vibration forte suffit, puisqu’il est avant tout dédié à la masturbation clitoridienne.

Le mot de la fin sera pour toi. Quel message voudrais-tu transmettre à toutes les femmes mais aussi tous les hommes qui liront cet entretien ?

Tout d’abord merci pour votre intérêt et vos questions. J’aimerais conclure en rappelant que l’art du plaisir sexuel est un long apprentissage. Il passe avant tout par la découverte et la connaissance de son corps et par son érotisation et s’il n’y a pas de cours pour ça, il nous appartient de devenir explorateur, chercheur et découvreur. Au fil de nos expériences, de nos sensations, de notre écoute et de nos lâchers prise, nous construisons cet épanouissement.
Pour finir, je vais citer ce proverbe indien : « Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester… » C’est à chacun d’entre nous de trouver notre chemin, et quel merveilleux voyage…

Prochain Salon Féminin : 17 Décembre 2013 (pour s’inscrire, c’est > par là < )

> Retrouvez Secret de Fontaine sur Facebook <

N'Joy Pleasure

N'Joy Pleasure

Peut-on parler de tout sans tabou ? Certains, sans y réfléchir répondront OUI, mais d’autres s’interrogeront davantage. Pourtant, notre société se veut libérée, expressive, ouverte. Mais il suffit d’observer les comportements de chacun pour se rendre compte que le chemin est encore long entre « Faire » et « Dire ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pokhara dit :

    Rencontre de Marie-Noëlle LANUIT au Salon Féminin Mixte du 17 Décembre 2013. Une aventure nouvelle dans la continuté de mes pensées.
    C’est une femme extraordinaire, non féministe qui oeuvre beaucoup pour l’humain dans son essence. (Ceci n’est pas une affirmation mais le reflet de ma rencontre avec cette grande dame nommé Marie-Noëlle).
    Je recommande sans modération l’être, son travail, son blogue et le Salon Féminin, si le sujet de la sexualité vous intéresse bien sûre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *